Usage du GPS en RANDONNEE :

Création : 07/05/21 - Dernière Modification : 02/07/22

Introduction :

Le principal plaisir de la randonnée c’est de profiter de la balade : voir, sentir, écouter.

Donc, ne pas passer son temps à consulter, sa carte, sa boussole ou encore à essayer de déchiffrer un topo indigeste (ne pas gâcher le moment présent comme ces gens qui visitent un site d’exception, le nez dans leur guide touristique ou l’œil rivé dans le viseur de leur caméra ou pire à faire des selfies 😉 !).

Même si on aime les consulter, il faut reconnaître que nos bonnes vieilles cartes ne sont pas bien pratiques sur le terrain surtout si le secteur visité est à cheval sur plusieurs zones ou encore si l’on est pas champion de l’origami (particulièrement lorsque le vent se lève !)

Quel plaisir également de ne pas subir  le stress de l’incertitude sur sa position, de toujours savoir à combien de kilomètres l’on est de l’arrivée ou encore si l’on terminera avant le crépuscule !

Un outil permet de vous apporter la solution : LE GPS qui vous libère de tous ces soucis sus-cités.

Dans la mesure où :

Le but de cet article est de présenter mon retour d’expérience pour répondre au mieux à ce dernier point :
Randonner sereinement en passant le moins de temps possible à le consulter !

Le Matériel :

1. L'investissement minimal : le smartphone :

Alors que nous l’avons (presque ?) toujours dans nos poches, pourquoi s’encombrer d’un appareil supplémentaire….
De nombreuses applications peuvent servir à transformer ce couteau suisse électronique en un GPS de randonnée. Bon nombre sont gratuites. Pour un investissement minimal, il sera certainement souhaitable après une période d’essai de passer à une version premium !

Il suffit de cliquer sur ce lien pour découvrir la grande variété des choix !

Critères à prendre en compte pour le choix :

  • L’existence d’un portail associé pour construire sa randonnée tranquillement à la maison sur son ordinateur
    (certains sont plus ergonomiques que d’autres !).
  • La possibilité de pouvoir utiliser différents fonds de cartes (en particulier des cartes gratuites). Bête d’investir pour des randonnées ponctuelles lorsque l’on est simplement de passage dans une région ou un autre pays.
  • Pour la France : que les cartes IGN au 1:25 000 puissent être disponibles : leurs qualitatifs en font une référence  (même si avec les modèles opensource la concurrence devient très rude (cf comparatif ci-dessous)) !
  • Que ces cartes puissent être téléchargeables dans la mémoire du téléphone (critère impératif)
  • La facilité pour Importer / Exporter des traces (fichiers “GPX”)
  • que l’application ne soit pas trop gourmande en énergie et enfin
  • Que l’interface soit simple d’utilisation (cf introduction)

Je ne pourrais pas vous donner de conseils pour faire ce choix. Certains des critères sus-cités pouvant vous paraître non essentiels, d’autres pouvant manquer. Par exemple :

  • l’application  STRAVA  est  très populaire dans la communauté des “vrais” sportifs (trailers) : car elle offre une gestion de données physiques utile pour suivre sa forme et sa progression à l’entrainement.
  • Avec VisoRando : certains apprécieront de disposer directement de descriptifs de randonnées proposées par la communauté.
  • RELIVE : propose une procédure simple pour se faire une vidéo souvenir de sa sortie !
  • l’application IphiGéNie vous met à disposition ses cartes (IGN) pour un abonnement de seulement 15 €/an mais ne dispose pas de portail alors que
  • l’application OPENRUNNER  répond à l’ensemble des critères susmentionnés, mais est un peu énergivore et vous coûtera 35 €/an 😉  .
OpenRunner : utilisée depuis janvier 2019

2. Le luxe et la sécurité : une montre altimètre - GPS :

M’intéressant au calcul des dénivelées avec les altimètres, j’en suis venu à me pencher sur les montres Altimètres/GPS.

J’ai alors découvert des bijoux de technologie, avec en particulier cette montre à régénération solaire de la marque Garmin (FENIX série 6X Pro Solar) : Outil qui répondait à l’ensemble des critères de mon cahier des charges :

  • Gage de sécurité : il permet de venir en secours d’une éventuelle panne du smartphone : après 8 heures de randonnée seulement 30 % de la batterie était consommée !
    Randonnant maintenant souvent seul, elle permet, dans la mesure où l’on est dans une zone couverte par le réseau, d’envoyer un message d’alerte précisant votre position (appui très long sur un bouton) ou mieux un lien permettant de suivre en temps réel (rafraîchissement toutes les 30 secondes) votre progression sur le parcours (fonction livetrack).
  • Facilement accessible : au poignet, on la consulte d’un geste simple, automatique, quasi atavique !
  • Une visibilité incroyable : la lisibilité de l’écran est encore meilleure en plein soleil (très bonne lisibilité avec des lunettes de soleil !!).
    Au départ  la lecture d’une carte sur un écran de 280 * 280 pixels me rendait perplexe … erreur (cf ci-dessous).
  • Installation facile de cartes dans la mémoire de la montre (20 Go de libre à la réception de la montre) : je me retrouve ainsi avec 5 jeux différents de carte de la totalité du territoire français au 1:25 000 : carte Garmin de base, Open Topo Map, Frikart, “Alexis” et carte de l’IGN : comparatif dans les liens ci-dessous pour 2 modèles de montre de la marque Garmin : la Fenix 6X Pro et l’EPIX (modèle plus récent bénéficiant d’un écran Amoled avec une résolution de 413*413 px)  et méthode d’installation dans cet excellent article.  
  • Interface d’échanges avec un PC ou son téléphone portable grâce à différentes applications, avec en particulier la possibilité de facilement créer ses traces sur l’ordinateur, traces qui délivrent, cerise sur le gâteau, une possibilité d’aide à la navigation (alarme et information sur les changements de cap sur le parcours (navigation “turn by turn“). 
  • Des alarmes discrètes et efficaces : lorsque l’on s’éloigne du parcours ou lorsque l’on va arriver à un changement de direction : une brève vibration sur le poignet immanquable
  • Conviviale : Intégration de cartes (même personnelles) et de fichiers traces (GPX) très facile. L’ajout d’une petite extension (plugin) permet d’échanger directement les traces avec l’application OpenRunner du téléphone sans aucun branchement.
  • Une débauche d’information délivrée d’où l’importance du paramétrage initial pour ne retenir que ce qui vous intéresse !!

Dans le chapitre suivant, je développe  la présentation des différents écrans de données que j’ai retenus. Mais cela est paramétrable à souhait, bien d’autres données peuvent être mises en avant (Tour d’horizon dans cette vidéo proposée par un sympathique Québecois).

Cliquez sur les boutons ci-contre pour suivre l’article en fonction des 2 modèles de montres proposés